La tribune internationale de Montréal
Jean Charest
Jean Charest Premier ministre du Québec

Copenhague : opportunités économiques pour le Québec

23 novembre 2009
Série Environnement
Jean Charest Lire la biographie

Monsieur Charest est né à Sherbrooke, le 24 juin 1958. Il a fait ses études secondaires à l’école Montcalm de Sherbrooke, ses études collégiales au Séminaire de Sherbrooke et ses études universitaires à l’Université de Sherbrooke. Il a été admis au barreau en 1981.

Monsieur Charest a débuté sa carrière comme avocat chez Beauchemin, Dussault, à Sherbrooke. Il a été élu député de la circonscription de Sherbrooke à la Chambre des communes aux élections générales de septembre 1984. Il a par la suite été nommé vice-président adjoint de la Chambre des communes de septembre 1984 à juin 1986 et ministre d’État à la Jeunesse de juin 1986 à janvier 1988.

Il a par la suite été réélu député de la circonscription de Sherbrooke à la Chambre des communes aux élections générales de novembre 1988. Il a été successivement ministre d’État à la condition physique et au sport amateur d’avril 1988 à janvier 1990, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, président du Comité parlementaire spécial sur le projet de résolution d’accompagnement à l’Accord constitutionnel du Lac Meech en 1990, et ministre de l’Environnement d’avril 1991 à juin 1993.

Monsieur Charest a par la suite été candidat à la chefferie du Parti conservateur à Ottawa en 1993, puis vice-premier ministre, ministre de l’Industrie et des Sciences et ministre responsable du Bureau fédéral de développement économique régional du Québec de juin à octobre 1993.

Il a été réélu député dans la circonscription de Sherbrooke à la Chambre des communes aux élections générales d’octobre 1993 et a été chef du Parti progressiste-conservateur du Canada de décembre 1993 à avril 1998. Pendant cette période, il a notamment été vice-président du Comité national des Québécoises et des Québécois pour le NON lors de la campagne référendaire de 1995.

En 1998, Monsieur Charest devient chef du Parti libéral du Québec. En novembre 1998, il a été élu député de la circonscription de Sherbrooke aux élections générales. Il est chef de l’opposition officielle de décembre 1998 à avril 2003.

En avril 2003, il est réélu député de Sherbrooke, et devient Premier ministre du Québec. Il a été réélu le 26 mars 2007 à titre de député de Sherbrooke et Premier ministre du Québec.

Compte rendu de la conférence :

Deux semaines avant le début de la conférence de Copenhague sur les changements climatiques, le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, est venu donner un discours important à notre tribune, annonçant en primeur la cible du Québec en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Il a en effet souligné que le Québec devra, d’ici 2020, réduire sa production de GES de 20% sous le niveau de 1990. M. Charest a précisé que cette cible pourra être revue à la hausse selon les résultats des négociations internationales et selon les engagements des principaux partenaires économiques du Québec. Il s’agit d’une cible ambitieuse, selon le premier ministre, considérant que 48% du portefeuille énergétique du Québec provient déjà du secteur des énergies renouvelables. Par ailleurs, M. Charest a tenu à mentionner que le Canada pourrait éventuellement faire face à des représailles commerciales à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), s’il ne respecte pas ses engagements internationaux et continue à refuser de mettre en place des objectifs plus contraignants en matière de réduction de GES. Dans cette optique, il craint que le Québec, malgré ses propres efforts, puisse être affecté négativement étant donné l’importance des marchés d’exportation pour son économie. Enfin, en annonçant la plus ambitieuse cible de réduction de GES en Amérique du Nord, le premier ministre Charest souhaite que le Québec exerce un rôle de leader sur la scène internationale et c’est dans cette optique qu’il a accepté de coprésider avec le premier ministre de l’Australie du Sud, M. Mike Rann, le Sommet des leaders locaux à Copenhague.

Avec l'appui de

Avec la collaboration de