La tribune internationale de Montréal
Ahmed Djoghlaf
Ahmed Djoghlaf Secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique

2010 : Année internationale de la biodiversité

4 février 2010
Série Environnement
Ahmed Djoghlaf Lire la biographie

De nationalité algérienne, M. Djoghlaf est diplômé en droit de l’Université d’Alger et titulaire d’une maîtrise ès arts, gouvernement et politique, de l’Université St. John’s à New York ainsi que d’un doctorat en sciences politiques de l’Université de Nancy en France.

En 1992, M. Djoghlaf est rapporteur général du Comité préparatoire de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED), mieux connue sous le nom de Sommet de Rio. De 1992 à 1993, M. Djoghlaf occupe le poste de conseiller pour les questions environnementales auprès du premier ministre de son pays d’origine, l’Algérie. En 1994, alors qu’il est conseiller spécial du Secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique (CDB), il se voit confier le mandat de préparer la première Conférence des Parties tenue en décembre de la même année à Nassau aux Bahamas.

En 1996, il devient directeur et coordonnateur du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) au sein du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), fonction qu’il occupe jusqu’en 2003. En juin 2003, il obtient le poste de sous-directeur exécutif du PNUE en reconnaissance de son excellent travail au FEM. Par la suite, il accède aux postes de vice-président du Comité de négociation de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et de la 11e session du Comité intergouvernemental sur la science et la technique au service du développement. On lui confie ensuite le poste de président de l’un des deux comités de négociation de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.

Le 3 janvier 2006, M. Djoghlaf est nommé Secrétaire exécutif de la CDB.
M. Djoghlaf est également Sous-Secrétaire général des Nations Unies et ministre plénipotentiaire au ministère des Affaires étrangères et de l’Algérie.

Compte rendu de la conférence :

M. Ahmed Djoghlaf, est venu nous rappeler que les termes environnement, développement durable, changements climatique et biodiversité sont intrinsèquement liés. Pour M. Djoghlaf, il n’y a aucun doute que l’avenir appartient aux entreprises qui sauront prendre le tournant vert et que celles qui ne le feront pas seront appelées à disparaître. Admettant par ailleurs que la majorité des pays signataires n’auront pas atteint les objectifs de la Convention avant la fin de l’année, il s’est dit néanmoins optimiste à l'effet que la dixième Conférence des Parties à la Convention, qui aura lieu en octobre à Nagoya au Japon et à l’occasion de laquelle sera adopté le plan stratégique post-2010, saura donner une nouvelle impulsion aux pays signataires afin de freiner la disparition des espèces menacées.

Avec l'appui de

Avec la collaboration de