La tribune internationale de Montréal
Neil Bruce
Neil Bruce Président et chef de la direction, SNC-Lavalin SNC-Lavalin : le début d’un nouveau chapitre 10 novembre 2015
Série Affaires présentée par
Photos de l’événement

The employees are the ones which have the knowledge, the expertise and they have the relationships with the customers. [...] Quite often I think in our business, companies get carried away with thinking it is a company to company relationship. It sort of is, but fundamentally it is a people to people relationship.

Neil Bruce Lire la biographie

Neil Bruce est architecte maritime agréé et titulaire d’une maitrise en administration des affaires de l’Université Newcastle, au Royaume-Uni. En 1997, il rejoint la firme d’ingénierie britannique AMEC et est nommé directeur général de la division gaz et pétrole en 1999. Il a, par la suite, occupé le poste de chef de l’exploitation de la division ressources naturelles pour AMEC Nuclear UK, puis pour AMEC. En décembre 2009, il est nommé chef de l’exploitation de la division énergie et procédés d’AMEC. Neil Bruce rejoint SNC-Lavalin en janvier 2013 comme président du groupe Ressources, environnement et eau avant d’être nommé chef de l’exploitation de SNC-Lavalin. Il est nommé président et chef de la direction de SNC-Lavalin le 5 octobre 2015.

Neil Bruce joue également un rôle actif en tant que professeur honoraire de l’école de commerce d’Aberdeen à l’université Robert Gordon, au Royaume-Uni, où il s’est vu décerner récemment un doctorat honorifique en administration des affaires.

Compte rendu de la conférence :

Pour M. Bruce, l’éducation et le perfectionnement professionnel sont cruciaux à la réalisation du travail de l’ingénieur et c’est pourquoi il est essentiel d’élaborer avec les universités des programmes de mentorats et de stages. Il a par la suite fait un bilan de la situation actuelle du Groupe SNC-Lavalin. Il a d’abord présenté plusieurs projets en cours au Québec et dans le monde en rappelant que leur réussite est directement liée au travail des 40 000 employés de SNC-Lavalin. Puis, M. Bruce a abordé la question des récents problèmes de la firme. Selon lui, les réformes et les investissements effectués au cours des trois dernières années illustrent bien la volonté de SNC- Lavalin d’améliorer ses processus et ses politiques, et témoignent de son engagement à demeurer une entreprise de classe mondiale. Neil Bruce a déploré à la fin de son allocution que les allégations contre d’anciens employés de la firme pénalisent encore aujourd’hui SNC-Lavalin en limitant sa compétitivité par rapports à ses concurrents au sein du G7. Il est d’avis qu’une approche juridique différente, comme celle du Deferred Prosecution Agreement, en vigueur aux États-Unis et au Royaume-Uni, serait plus efficace et pragmatique, en plus d’apporter un équilibre entre l’imputabilité de l’entreprise et la sauvegarde des emplois.

Avec l'appui de