La tribune internationale de Montréal
Dany Laferrière
Dany Laferrière Écrivain, membre de l’Académie française Être immigré ou comment s’infiltrer dans une nouvelle culture 20 novembre 2015
Série Culture présentée par
Photos de l’événement

Il faut quand même créer une société assez ouverte […] assez confiante en elle qu’elle n’a pas besoin de citer le mot valeurs à chaque discours, de croire qu’elle possède le bien universel et que les autres ne peuvent être que le mal. 

Dany Laferrière Lire la biographie

Dany Laferrière est né à Port-au-Prince et a grandi à Petit-Goâve, en Haïti.
Il commence sa carrière comme chroniqueur culturel pour le journal Le Petit Samedi soir et pour Radio Haïti. En 1976, il quitte Haïti pour venir s’installer à Montréal. En 1985, M. Laferrière publie son premier roman, Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer, qui connait un succès immédiat. Il travaille par la suite pour diverses stations de télévision en tant que chroniqueur. En 1990, il part vivre à Miami avec sa famille et publie notamment L’Odeur du café (1991), Le goût des jeunes filles (1992) et Le Cri des oiseaux fous (2000). Il revient à Montréal en 2002 et travaille pour Radio-Canada, puis pour l’émission Bazzo.tv à Télé-Québec. Il publiera par la suite une demi-douzaine de livres, dont L’Énigme du retour, en 2009, pour lequel il se voit notamment décerner le Prix Médicis en 2009 et le Prix des libraires du Québec en 2010.

Le 12 décembre 2013, Dany Laferrière est élu à l’Académie française. Il est le plus jeune membre actuel et le premier Québécois à être admis au sein de l’Académie.

Compte rendu de la conférence :

C’est avec beaucoup d’éloquence et d’humour que M. Laferrière nous a fait part de son expérience en tant qu’immigré au Québec, dans le contexte de la parution de son dernier livre, Tout ce qu’on ne te dira pas Mongo. Selon lui, au même titre qu’un nouveau-né, un immigrant se doit d’apprendre, à son rythme, les codes de la société qu’il choisit d’intégrer. Dany Laferrière a également expliqué que le nouvel arrivant doit éviter le confort de la maison, qui peut rapidement devenir un ghetto. Il a par ailleurs souligné qu’il était nécessaire pour les immigrants d’apprendre par les clichés, tout en étant capables de les dépasser pour mieux s’intégrer. M. Laferrière a profité de notre tribune pour réciter un poème composé suite aux attentats ayant eu lieu la semaine précédente à Paris. Par la suite, M. Normand Baillargeon, essayiste et chroniqueur, a rejoint M. Laferrière sur scène pour discuter plus en détail des thématiques abordées dans son nouveau livre telles que le temps, l’espace et le langage amoureux. Il a enfin été question de l’importance pour les sociétés d’accueil d’être ouvertes à la différence. Pour M. Laferrière, il faut laisser aux gens le temps de s’intégrer et de s’approprier les valeurs de la société qu’ils rejoignent, elle-même en constante reconstruction.

Contexte :

Tout nouveau-né est un immigré qui doit apprendre pour survivre les codes sociaux. Une société ne livre ses mystères qu’à ceux qui cherchent à la comprendre, et personne n’échappe à cette règle implacable, qu’on soit du pays ou non.

Déjeuner-causerie suivi d'une vente-signature du livre Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo (Éditions Mémoire d’encrier).

Avec l'appui de

Avec la collaboration de