La tribune internationale de Montréal
Fabrice Brunet, Paul Lirette, Rémi Quirion, Russell Williams

Montréal, pôle international en santé : enjeux, défis et opportunités

14 avril 2016 Fabrice Brunet Président-directeur général, CHUM et Sainte-Justine Paul Lirette Président, GSK Pharma Canada
Président du conseil, Montréal InVivo
Rémi Quirion Scientifique en chef du Québec Russell Williams Président, Médicaments novateurs Canada
Photos de l’événement
Modérateur :

Bernard Lachapelle
Président, Groupe JBL

Les collègues, les chercheurs ayant différents types d'expertise sont habitués à collaborer ensemble. [...] Donc les partenariats entre les différentes institutions, entre les chercheurs de différentes disciplines, c'est un atout qu'on a et on devrait l'utiliser beaucoup plus.

Fabrice Brunet | Lire la biographie

Fabrice Brunet est médecin, spécialisé en cardiologie, en réanimation médicale et en médecine d’urgence. Au cours de sa carrière, il a notamment enseigné à l’Université de Toronto, à l’Université Paris 5 et à l’École supérieure de commerce de Paris. En 2002, il est nommé chef du département de réanimation et des soins intensifs de l’Hôpital St. Michael de Toronto. En 2009, M. Brunet devient, directeur général du CHU Sainte-Justine, fonction qu’il combine avec celle de directeur général du CHUM depuis septembre 2015.

Fiche du conférencier
Paul Lirette | Lire la biographie

Paul Lirette rejoint GSK à titre de vice-président des ventes et du marketing en 2001. Il est nommé, en 2005, directeur d’unité et directeur général de GSK pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande avant d’occuper, entre 2008 et 2012, les postes de vice-président principal de GSK et de directeur d’unité pour l’Europe centrale. Pendant cette période, il préside aussi le groupe de travail pour l’Europe centrale et l’Europe de l’Est de l’European Federation of Pharmaceutical Industries and Associations. M. Lirette est président de GSK Phama Canada depuis juin 2012.

Fiche du conférencier
Rémi Quirion | Lire la biographie

Originaire de Lac-Drolet, au Québec, Rémi Quirion fait ses études de premier cycle en biologie et obtient un doctorat en pharmacologie de l’Université de Sherbrooke en 1980.

En 1983, après trois ans passés à l’Institut national en santé mentale de Bethesda, au Maryland, il enseigne à l’Université McGill. La même année, Dr Quirion entre en fonction au Centre de recherche de l’Institut Douglas où il développe des laboratoires et forme plus de 70 étudiants et stagiaires postdoctoraux. Dr Quirion devient ensuite professeur titulaire de psychiatrie à l’Université McGill, membre associé du Département de pharmacologie et du Département de neurologie et de neurochirurgie et professeur au Centre d’études sur le vieillissement.

De 1996 à 2011, Rémi Quirion est directeur scientifique du Centre de recherche de l’hôpital Douglas. En 2009, il devient le premier directeur scientifique de l’Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies, un des treize instituts de recherche en santé du Canada. En 2011, il quitte l’Institut Douglas et son poste de vice-doyen aux sciences de la vie et aux initiatives stratégiques de la Faculté de médecine de l’Université McGill pour devenir le tout premier scientifique en chef du Québec. À ce titre, il préside les conseils d’administration des trois Fonds de recherche du Québec et conseille le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie du Québec en matière de développement de la recherche et de la science.

Auteur de plus de 700 publications dans des revues scientifiques reconnues, Dr Quirion est l’un des chercheurs en neurosciences les plus cités dans le monde. Il a reçu plusieurs distinctions, notamment le Prix du jeune chercheur du Club de recherches cliniques du Québec; le Prix du jeune chercheur conférencier de la Société internationale de neurochimie; le prix Heinz-Lehmann du Collège canadien de neuropsychopharmacologie (CCNP); le prix Léo-Parizeau de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences; le prix Innovation du CCNP; le prix Novartis; et le prix Wilder-Penfield pour l’ensemble de ses travaux dans le domaine biomédical. En 2007, il est nommé au titre d’Officier de l’Ordre du Canada; en 2010, il reçoit le doctorat honorifique de l’INRS pour sa contribution remarquable au domaine de la santé mentale; et en 2011, il reçoit un doctorat honorifique de l’Université Concordia pour l’ensemble de son oeuvre en neurosciences.

Fiche du conférencier
Russell Williams | Lire la biographie

Russell Williams a été député de Nelligan pour le Parti libéral du Québec de 1989 à 2004. Au cours de cette période, il est notamment adjoint parlementaire aux ministres de la santé et des services sociaux.
M. Williams est, depuis 2004, président de Médicaments novateurs Canada, une association regroupant plus de cinquante compagnies innovatrices du domaine des sciences de la vie. Il a également été président du Réseau de conformité au Code de la Fédération Internationale de l’Industrie du Médicament, de 2008 à 2015, et a participé à de nombreux groupes de travail provinciaux en matière de politique pharmaceutique.

Fiche du conférencier

Compte rendu de la conférence :

Les panélistes ont été interrogés sur la manière dont Montréal peut se distinguer et se comparer sur la scène internationale, notamment pour attirer les meilleurs talents dans le domaine de la santé. M. Quirion a d’entrée de jeu tenu à souligner les atouts de Montréal en matière de talents, d’infrastructures, et de partenariats. Toutefois, selon lui, il serait bénéfique pour la ville de privilégier les partenariats entre plusieurs pôles de recherches, par exemple avec Toronto et Boston, et de multiplier les collaborations internationales. Il est également d'avis que les gouvernements et les entreprises doivent faire des choix d'investissement plus ciblés et à long terme afin d'exceller dans certains champs d'expertise. En accord avec M. Quirion, Russel Williams a donné son appui à des partenariats exclusivement canadiens qui seraient plus efficaces pour attirer des talents selon lui. Il considère que les pôles canadiens en santé ne sont pas assez rapides dans leurs décisions de partenariats et que, par ailleurs, il est impératif d’assurer une plus grande coordination entre les différents paliers de gouvernement afin de favoriser l’innovation. Pour sa part, M. Brunet a fait valoir qu’il existe déjà de nombreux réseaux de recherche informels et qu’il serait davantage bénéfique de soutenir ces initiatives que de les forcer à s’intégrer dans des corridors officiels. Il est également d’avis qu’un changement de mentalité des chercheurs s’impose afin de mieux arrimer les intérêts économiques et académiques. M. Lirette a, quant à lui, insisté sur le manque d’experts en science de la vie au Québec. Considérant que Montréal présente des coûts très concurrentiels pour la recherche et le développement, il faudrait assurer une croissance continue de cette grappe industrielle. Enfin, les panélistes se sont accordés sur la nécessité de faire du domaine des sciences de la vie un secteur prioritaire, ainsi que sur les bénéfices des partenariats pour Montréal.

Thèmes abordés :

  • La recherche en sciences de la vie : comment Montréal se compare et peut se distinguer (niches) et comment attirer les meilleurs talents (facteurs gagnants)
  • L’avantage des partenariats internationaux : le pôle Montréal-Toronto-Boston
  • Les partenariats publics-privés : comment tirer profit du nouveau modèle d’affaires du secteur pharmaceutique

Avec l'appui de

Avec la collaboration de

Devenir membre Accédez à plus de 400 conférences en vidéos ! Devenir membre
Recevez les invitations à nos événements !