La tribune internationale de Montréal
Gregory  Taylor
Dr Gregory Taylor Administrateur en chef, Agence de la santé publique du Canada

La santé publique dans une perspective mondiale : une problématique complexe 17 novembre 2016

Photos de l’événement

The private sector is perhaps the greatest untapped potential to influence and improve public health worldwide.

Gregory Taylor Lire la biographie

Gregory Taylor est titulaire d’un doctorat en médecine de l’Université Dalhousie à Halifax, où il a également complété une résidence en médecine familiale.

Après de nombreuses années de pratique dans le domaine des soins primaires actifs en Ontario, il obtient une bourse en médecine communautaire à l’Université d’Ottawa. Il se joint, en 1995, à l’équipe du Laboratoire de lutte contre la maladie de Santé Canada, où il participe notamment à une vaste gamme d’activités fédérales portant sur la prévention des maladies chroniques.

Dr Taylor se joint au Bureau de la pratique en santé publique de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) en 2007. Il a également exercé de nombreux rôles de premier plan au sein de l’ASPC et du Réseau de la santé publique.

En 2012, Dr Taylor est devenu sous-administrateur en chef de l’ASPC et c’est en septembre 2014 qu’il en est nommé administrateur en chef. Parallèlement à ses fonctions, il conserve le poste de professeur associé à l’Université d’Ottawa, spécialisé dans l’épidémiologie et la médecine communautaire.

Compte rendu de la conférence :

M. Taylor a commencé son discours en abordant la santé publique dans sa dimension internationale, en insistant sur le rôle du secteur privé, capable selon lui d’influencer le domaine de la santé publique de manière importante. Il a par la suite souligné la nécessité de prévenir les maladies à travers des mesures locales, telles que la vaccination et l’accès à l’eau potable, qui ont permis une forte croissance de l’espérance de vie à l’échelle mondiale. Par ailleurs, M. Taylor a parlé du lien entre l’économie et la santé publique en rappelant que les conséquences financières du virus du SRAS dans les années 2000 ont été estimées à environ 30 à 50 milliards $. Il a ensuite insisté sur la nécessité d’une coopération entre les organisations internationales et les gouvernements afin de faire face aux nouvelles menaces, dont le virus Ebola. M. Taylor a, par ailleurs, fait remarquerque les changements climatiques augmentent le degré de vulnérabilité de certaines populations dans le monde ce qui favorise la propagation de virus comme le Zika. Ces divers éléments démontrent, selon lui, la nécessité d’une coordination et d’une collaboration internationales. Pendant la période de questions, M. Taylor a insisté sur le rôle du secteur privé dans la sensibilisation alimentaire pour prévenir des maladies comme l’obésité.

Thèmes abordés :

  • ‎La nécessité d’une coopération internationale en santé publique
  • Le rôle et la participation du Canada dans les efforts internationaux en santé
  • L’accroissement de maladies chroniques et le mode de vie sédentaire
  • Les exemples d’Ebola, Zika, la résistance antimicrobienne, l’obésité et le diabète

Avec l'appui de

Avec la collaboration de