La tribune internationale de Montréal
Philippe Couillard Premier ministre du Québec Le Québec en 2017 : une Nation qui s’affirme au Canada et dans le monde 13 octobre 2017
Série Politique présentée par
Accéder à la fiche complète

Mot de passe oublié ?


Pas encore membre Devenir membre
Philippe Couillard

Compte rendu de la conférence :

D’entrée de jeu, le premier ministre a constaté que le monde vit une hausse du protectionnisme et du repli sur soi, ainsi qu’une montée et de l’extrémisme religieux. En lien avec les questions identitaires nationales, comme en Catalogne, le premier ministre propose de ne pas choisir entre une identité québécoise ou une appartenance canadienne, mais plutôt de célébrer ces deux expressions comme complémentaires. C’est le constat de la nouvelle Politique d’affirmation du Québec : Québécois, notre façon d’être canadiens. M. Couillard a réitéré l’importance qu’il accorde à la pérennité de la langue française. Il a, par ailleurs, défendu l’économie québécoise en critiquant notamment l’attitude de Boeing face à Bombardier, qu’il a qualifié de « multinationale arrogante [qui] veut écarter un concurrent talentueux, inventif et québécois ».

M. Couillard a ensuite abordé la question du fédéralisme canadien. Il estime qu’il est nécessaire de travailler sur la coexistence des peuples canadiens et que l’idée fédérale va au-delà des motifs financiers et économiques. Il a rappelé les demandes historiques du Québec et souligné qu’elles devront être inscrites à l’ordre du jour de toute éventuelle discussion constitutionnelle.

Sur la question de l’immigration au Québec, il s’est dit d’avis que le modèle d’accueil des nouveaux arrivants doit respecter la réalité d’une majorité francophone. Il compte, en ce sens, présenter une politique sur l’interculturalisme d’ici la fin de son mandat afin de mieux intégrer les immigrants à la trame sociale, culturelle et historique du Québec.

Enfin, le premier ministre a mentionné que le Québec possède les instruments nécessaires pour rayonner sur la scène internationale et que son gouvernement a investi 25 millions $ dans le Programme de coopération climatique internationale. La diplomatie québécoise, a-t-il rappelé, s’est illustrée à de nombreuses reprises, notamment pour la mise en œuvre l’AECG, ce qui lui a valu une reconnaissance de la part du gouvernement canadien et de l’Union européenne.

Avec l'appui de