La tribune internationale de Montréal
Isabelle Melançon
Isabelle Melançon Ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec Le Québec : un leader engagé dans la lutte contre les changements climatiques 16 février 2018
Série Environnement présentée par
Photos de l’événement

Le Québec occupe aujourd’hui le plus important marché de ventes de véhicules électriques au Canada [avec] près de 50% des véhicules électriques circulant au pays. On peut en être fiers !

Isabelle Melançon Lire la biographie
Isabelle Melançon

Née à Montréal, Isabelle Melançon est titulaire d’un baccalauréat en science politique de l’Université de Montréal.

Mme Melançon a travaillé à la Chambre de commerce de Baie-Comeau entre 2000 et 2001. L’année suivante, elle est candidate pour le Parti libéral du Québec (PLQ) lors des élections partielles dans la circonscription de Saguenay. En 2003, elle devient attachée de presse au cabinet de la ministre de la Culture et des Communications du Québec, Mme Line Beauchamp. Elle est directrice des communications du PLQ de 2005 à 2007, puis directrice générale des communications et relations institutionnelles à la SODEC de 2008 à 2014.
Mme Melançon est par la suite directrice du cabinet de la ministre de la Culture et des Communications du Québec et ensuite ministre responsable de l’Enseignement supérieur, Mme Hélène David.

Suite aux élections partielles de décembre 2016, Mme Melançon est élue députée de la circonscription de Verdun sous les couleurs du PLQ. C’est le 11 octobre 2017 qu’elle est nommée ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec.

Compte rendu de la conférence :

D’entrée de jeu, la ministre a insisté sur l’importance de mettre en place une diplomatie climatique afin de permettre aux entités infra-étatiques d’agir dans la lutte contre les changements climatiques. Elle a d’ailleurs rappelé que le Québec en a fait une priorité afin de contribuer à un monde plus durable, plus juste et plus sécuritaire. À cet égard, elle a mentionné que le Québec applique déjà une procédure d’évaluation environnementale pour tous les projets sur son territoire. De plus, à la demande du Québec, la question des changements climatiques a été inscrite de façon permanente à l’ordre du jour des rencontres du Conseil canadien des ministres de l’Environnement.

La ministre s’est ensuite prononcée sur la réforme du droit de l’environnement québécois, la plus importante depuis 40 ans. Cette nouvelle loi mettra de l’avant le test climat qui permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les projets sur le sol québécois. Elle s’est également félicitée de l’ambition du Québec de quadrupler le parc automobile électrique de la province, un objectif qu’il sera possible d’atteindre grâce à la norme VZE (véhicule zéro émission) adoptée en janvier dernier.

Mme Melançon a par la suite mis en exergue les engagements du Québec sur la scène internationale. Elle a mentionné que le gouvernement accorde près de 10 millions $ à des organismes environnementaux qui agissent de concert avec les populations locales dans les pays en développement. Elle a également souligné les liens privilégiés du Québec avec les États du Cercle de l’Arctique et le versement de 6 millions $ au fonds pour les pays les moins avancés, géré par le Fonds pour l’environnement mondial.

Enfin, la ministre a salué les nombreuses réussites des entreprises technologiques et organismes environnementaux du Québec sur la scène internationale, notamment au Mexique, en Chine et en France.

Avec l'appui de

Avec la collaboration de