La tribune internationale de Montréal
Rodrigo Malmierca
Rodrigo Malmierca Ministre du Commerce extérieur et des Investissements étrangers de Cuba

Cuba-Québec : travailler ensemble pour des relations d'affaires et commerciales fortes

22 novembre 2018
Série Politique
Photos de l’événement

We saw an increase of more than 20% in trade between our two countries last year and yet another 20% this year.

Rodrigo Malmierca Lire la biographie

Rodrigo Malmierca est diplômé en économie de l’Université de La Havane. Il a également étudié à l’Institut supérieur des relations internationales de La Havane et au Centre de recherche et d’enseignement économique à Mexico.

M. Malmierca entame sa carrière en 1981 comme technicien en gestion de projets pour la société ECIMETAL. L’année suivante, il rejoint le Comité d’État pour la coopération économique de Cuba. En 1992, il est affecté à l’ambassade de Cuba au Brésil comme conseiller économique et commercial. De retour à Cuba en 1997, il rejoint le ministère des Investissements étrangers et de la Collaboration économique où il est successivement directeur pour les pays développés, puis sous-ministre. En 2002, il est nommé ambassadeur en Belgique et auprès de l’Union européenne, puis, en 2005, ambassadeur auprès de l’ONU à New York.

Depuis 2008, M. Malmierca occupe la fonction de ministre des Investissements étrangers et de la Collaboration économique, devenu le ministère du Commerce extérieur et des Investissements étrangers en 2009.

Compte rendu de la conférence :

Le ministre Malmierca a présenté la mise à jour du modèle économique cubain, qui implique une série de réformes constitutionnelles et une diversification des relations économiques.

M. Malmierca a indiqué que les réformes économiques visent à ouvrir davantage les entreprises cubaines à l’international et à donner une plus grande place au secteur privé dans le marché intérieur. Il a souligné que le gouvernement était à l’écoute des entrepreneurs afin de créer un nouvel environnement propice aux initiatives privées et aux investissements étrangers. Le ministre a d’ailleurs rappelé que Cuba fait déjà affaires avec plus de 75 pays, mais qu’il pourrait faire mieux. Pour ce faire, il a fixé un objectif d’attirer plus de 2 milliards $ en capital étranger chaque année afin de réaliser plusieurs projets d’infrastructures et de transports. Il a notamment parlé de la zone spéciale de développement du port Mariel, qui constitue un espace d’accueil pour les entreprises étrangères de près de 465 km2 à moins de 50 km de La Havane, et de l’intention de Cuba d’utiliser 25% d’énergies renouvelables d’ici 2030.

En conclusion, le ministre Malmierca a souligné les liens étroits entre nos deux pays, qui s’illustrent par une croissance de 20% de nos échanges commerciaux au cours des deux dernières années. Il a enjoint les entreprises présentes à profiter du changement de mentalité du régime et déclaré qu’il porterait une attention particulière aux entreprises canadiennes dans les efforts d’attraction d’investissements.

Avec l'appui de

Avec la collaboration de