La tribune internationale de Montréal
Andrew Scheer
Andrew Scheer Chef du Parti conservateur du Canada
Chef de l’Opposition officielle

Un Canada plus fort dans un monde turbulent

7 mai 2019
Série Politique
Photos de l’événement

In today's geopolitical climate, I see the rise of China, the re-emergence of Russia's Cold War mentality, and states who export terrorism and extremism as three of the greatest foreign threats to Canadian security and prosperity in the 21st century.

Andrew Scheer Lire la biographie

Andrew Scheer est né à Ottawa. Il a étudié l’histoire à l’Université d’Ottawa et complété son baccalauréat à l’Université de Régina. Il débute sa carrière comme courtier d’assurance, puis au bureau de circonscription du député de l’Alliance canadienne Larry Spencer.

En 2004, M. Scheer est élu pour la première fois député de la circonscription Regina-Qu’Appelle sous les couleurs du Parti conservateur du Canada. Il y est successivement réélu depuis. Suite aux élections de 2011, il est nommé président de la Chambre des communes. Passant à l’opposition après les élections de 2015, M. Scheer devient leader de l’Opposition officielle à la Chambre avant de remporter la course à la direction du Parti conservateur en 2017 et de devenir chef de l’Opposition officielle.

Compte rendu de la conférence :

Monsieur Scheer a d’abord fait état de ce qu’il a qualifié de menaces envers la sécurité du Canada : l’adversité de la Chine, la réémergence d’une mentalité de guerre froide en Russie et les groupes terroristes. Il a également déclaré son intention de renforcer les liens avec les États-Unis et l’engagement du Canada auprès de la Francophonie. Enfin, il a signifié son intérêt de renouveler le support d’un éventuel gouvernement conservateur envers les Forces armées canadiennes et les institutions multilatérales de sécurité, notamment en ce qui a trait à la souveraineté de l’Arctique et la cybersécurité.

Il a ensuite présenté les principales mesures qui formeront la plateforme de la politique étrangère du Canada sous un éventuel gouvernement conservateur. En voici quelques-unes :

  • La réouverture du Bureau de la liberté de religion du Canada et la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël
  • La fin des investissements du Canada dans la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures et le dépôt d’une plainte auprès de l’OMC contre les barrières tarifaires chinoises
  • Entamer des discussions avec les États-Unis pour rejoindre le Programme de défense antimissile et moderniser le NORAD
  • Assurer une présence forte en Arctique et améliorer la capacité sous-marine de la Marine royale canadienne

En conclusion, M. Scheer a déclaré que le Canada doit montrer au reste du monde qu’il est un pays de principes, mais également d’actions. Pour ce faire, il a dit vouloir redéfinir les alliances et les partenariats internationaux selon l’ordre mondial toujours changeant.

Avec l'appui de