La tribune internationale de Montréal
Martin Coiteux, Marie-France Paquet, Francis Généreux, Martin Lefebvre

Pandémie : quelles répercussions sur l’économie mondiale en 2021?

12 novembre 2020 Martin Coiteux Économiste en chef, Caisse de dépôt et placement du Québec Marie-France Paquet Économiste en chef, Affaires mondiales Canada Francis Généreux Économiste principal, Mouvement Desjardins Martin Lefebvre Vice-président, stratège et chef des placements, Banque Nationale
Série Économie Mondiale
Modératrice

Sandrine Rastello
Responsable du bureau de Montréal, Bloomberg News Canada

Le coût de l’inaction aurait été encore plus élevé que le coût de l’action en ce qui concerne les mesures de soutien des gouvernements pour contrer les effets de la pandémie.

 Revue de presse

Thèmes abordés :

  • État des lieux de la situation économique mondiale
  • L’impact à moyen/long terme des interventions massives des gouvernements et des banques centrales
  • L’élection américaine : quels enjeux pour le reste du monde ?
  • COVID-19 et les politiques macroéconomiques de relance : recettes du passé ou relance verte ?
  • Comment le Québec et le Canada se tirent-ils d’affaires ?

Compte rendu de l'événement :

La première question posée par Mme Rastello touchait les États-Unis suite à l’élection présidentielle. M. Généreux a d’abord soulevé qu’une administration Biden aurait plusieurs impacts sur les entreprises américaines, notamment une hausse des impôts et une réglementation plus sévère, notamment sur les normes environnementales. On devrait assister à une attitude plus conciliante que durant le mandat de Trump, mais il est probable qu’une tendance protectionniste demeure. M. Coiteux a poursuivi, rajoutant qu’un Congrès divisé pourrait bloquer le programme Biden-Harris, ce qui mènerait à moins de changements que prévu. Mme Paquet a souligné la forte imbrication des échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis et que ceux-ci devraient profiter du retour d’une plus grande prévisibilité.

La discussion s’est poursuivie sur le sujet des marchés financiers. M. Lefebvre a commenté, rappelant que les marchés ont été rassurés par l’élection de Biden. Les mesures mises en place par les gouvernements et les banques centrales ont également été bénéfiques, même s’il faudra une impulsion supplémentaire pour atteindre les niveaux prépandémiques. Pour M. Coiteux, il faut également tenir compte de l’endettement massif des secteurs publics et privés, qui pourrait devenir problématique advenant une hausse des taux d’intérêt. Il a aussi prévenu qu’il faudrait empêcher une hausse de l’inflation, qui pourrait engendrer des scénarios néfastes. Mme Paquet a rajouté que la bonne situation fiscale du Canada avant la pandémie a permis des dépenses publiques plus conséquentes que dans d’autres pays.

Mme Rastello a ensuite abordé la situation économique ailleurs dans le monde. Sur le Brexit, M. Coiteux a soutenu qu’étant donné la longueur du processus, les investisseurs ont eu le temps de se préparer, bien qu’au final, tant le Royaume-Uni que l’Union européenne (UE) devraient signer un accord inférieur à la situation passée. Mr Lefebvre a de son côté soutenu que les programmes de relance pourraient permettre à l’UE de sortir l’austérité structurelle qui prévalait jusqu’à présent. Sur la Chine, Mme Paquet a rappelé que c’est la seule grande économie qui a renoué avec la croissance cette année. M. Généreux croit que la Chine va profiter du rattrapage que vivent les autres économies, mais qu’elle ne pourra relancer à elle seule l’économie mondiale.

 

Avec l'appui de