La tribune internationale de Montréal
Hubert Bolduc
Hubert Bolduc Président, Investissement Québec International

Mieux outillé pour le développement économique international du Québec

24 février 2021
Série Affaires
M. Bolduc s'entretiendra avec :

Jean-Yves Bourgeois
Premier vice-président, Services aux entreprises, Mouvement Desjardins

 Le Québec se positionne comme un joueur important de la batterie en Amérique du Nord. Ce secteur devient un aimant à investissements étrangers que l’on va se faire un plaisir de vendre à l’international. 

Hubert Bolduc | Lire la biographie

Hubert Bolduc est titulaire d’un baccalauréat en science politique de l’Université du Québec à Montréal, d’une maîtrise en communication de l’Université Stirling, en Écosse, et d’un MBA de HEC Montréal.

M. Bolduc entame sa carrière comme conseiller en communications pour le CHUM. Entre 1998 et 2000, il occupe le poste de conseiller au cabinet de relations publiques NATIONAL. En 2000, il devient attaché de presse au cabinet du Vice-premier ministre et ministre d’État à l’Économie et aux Finances du Québec, M. Bernard Landry. Il occupe le même poste lorsque M. Landry devient Premier ministre du Québec en 2001.

En 2004, M. Bolduc se joint à Cascades comme vice-président, communications et affaires publiques. En 2012, il devient secrétaire général associé à la communication gouvernementale au ministère du Conseil exécutif du Québec. Il rejoint ensuite Investissement Québec où il occupe les postes de directeur de projet, Europe et Moyen-Orient, en 2014, puis de directeur, Benelux, en 2015. En janvier 2016,  M. Bolduc devient président-directeur général de Montréal International. C'est en septembre 2019 qu'il est nommé président-directeur général de la nouvelle division Investissement Québec International. 

Fiche du conférencier

  Revue de presse

 

Thèmes abordés :

  • Le rôle et les priorités d’Investissement Québec International
  • Le soutien aux exportations et l’intégration des équipes d’Export Québec
  • Les stratégies pour se positionner sur les marchés et les secteurs propices aux entreprises québécoises
  • Le renforcement de la collaboration entre les principaux acteurs québécois pour atteindre l’objectif de doubler les investissements étrangers d’ici 5 ans

Compte rendu de l'événement :

M. Bolduc a débuté en rappelant les objectifs d’Investissement Québec International, soient d’augmenter les exportations pour qu’elles atteignent 50 % du PIB québécois, de doubler les investissements directs étrangers d’ici 5 ans et d’attirer des talents venant de l’international. Pour atteindre ce résultat malgré le contexte défavorable engendré par la pandémie, il compte percer les marchés publics étrangers ainsi que de collaborer davantage avec les grands exportateurs québécois. Ceux-ci correspondent à un millier d’entreprises qui comptent pour 80 % des exportations québécoises. Pour l’attraction d’investissements, il compte collaborer avec des organismes tels que Montréal International ainsi que de cibler des secteurs porteurs, tels que l’intelligence artificielle, mais également des secteurs d’avenir, tel que celui de la batterie, où le Québec est bien placé pour devenir un joueur important. Il croit également que les secteurs de l’hydrogène et des effets spéciaux ont un fort potentiel.

Par la suite, M. Bolduc a poursuivi en rappelant la complémentarité entre IQ et ses homologues, tels que EDC ou les ORPEX. Ces derniers servent de porte d’entrée aux futurs exportateurs, alors que IQ accompagne les exportateurs bien établis. Il croit aussi que les régions du Québec ont été mal servies par le passé, ce qui l’a mené à améliorer le système pour mieux les mettre en valeur aux yeux de potentiels investisseurs étrangers.

La discussion s’est conclue sur des questions de l’auditoire. La première demandait comment IQ peut encourager les entreprises à mieux tirer profit des accords de libre-échange en vigueur. Il a répondu qu’il faut mieux vulgariser le contenu de ces accords et d’extraire les grandes opportunités pour les entreprises. La dernière touchait l’attraction de talents étrangers dans les secteurs technologiques. M. Bolduc est d’avis que plusieurs organisations travaillent déjà activement sur la question et que IQ va se concentrer sur les besoins des entreprises régionales, qui sont moins bien desservies.

Avec l'appui de

Devenir membre Accédez à plus de 400 conférences en vidéos ! Devenir membre
Recevez les invitations à nos événements !